Logo Aloha Web

E-commerce : Rédiger une fiche produit qui vend ! À vous les conversions !

Femme faisant du shopping en ligne
Table des matières

Le e-commerce semble tendre les bras à tout un chacun. C’est pourtant un domaine périlleux dans lequel il y a tant de détails à apprendre.

Les fiches produits en font partie. Ces pages sont essentielles, et semblent juste une formalité, alors que… c’est presque un art.

Une fiche produit parait simple à concevoir, pourtant on y passe vite des heures. Armez-vous de pertinence !

Une bonne fiche produit, fournie, au contenu riche, et qui envoie du rêve ça ne se trouve pas partout.

On vous explique les 4 grandes étapes incontournables d’une fiche article qui vend.

La séduction

La hiérarchie visuelle

Le SEO

La réassurance

1- La séduction : le bénéfice produit

Il faut commencer par être clair et direct sur la promesse, le bénéfice de votre produit. Comme le gros titre du Times, vous savez ce que vous allez trouver dedans.

Et ajouter un beau visuel, toujours !

Là déjà vous captez l’attention.

La page doit avoir plusieurs visuels du produit, sous différents angles, en situation, un schéma si besoin avec les dimensions, pourquoi pas. Et si cela a un intérêt, une vidéo également.

Plus le prospect pourra se projeter avec votre produit entre les mains ou dans sa maison plus il y a de chance qu’il soit convaincu et rassuré.

Cela parait bête et simple, mais quand on connait très bien son produit et qu’on est convaincu de ses qualités on oublie souvent de parler des évidences.

Une fois équipé de plusieurs visuels, de bénéfices mis en avant comme le nez au milieu de la figure, vous allez ajouter du descriptif technique. Le poids, les dimensions, l’autonomie, la mémoire, les matières…etc. Si c’est pertinent évidemment, faites un tri.

N’oubliez pas le prix 😉, l’offre promo s’il y a lieu, « en stock », ou « click and collect », « frais de livraison offert »…

Maintenant que vous avez les éléments essentiels, il faut les agencer.

2- La hiérarchie visuelle : sobriété et clarté s’imposent.

La hiérarchie visuelle intervient pour faire éclater le plus important pour votre prospect.

Rédigez une fiche article en jouant sur les tailles de police, les typographies, les couleurs… les emplacements également. Organisez les éléments de la page selon l’ordre de priorité le plus pertinent pour amener votre prospect à cliquer sur le bouton d’appel à l’action (CTA) « ajout au panier ».

Le CTA est un élément important

Ne le multipliez pas sur la page, il est l’action finale après une promesse convaincante. Trop d’appel à l’action pourraient perdre l’œil et empêcher la lecture du produit.

Gardez un ordre logique de lecture, guidez le lecteur, comme dans un entonnoir, vers l’information principale : le produit, le bénéfice, puis le CTA. Les informations secondaires seront lues ensuite si besoin par le lecteur, entre ces 3 pôles.

Dites-vous bien que la majorité des visiteurs ne lisent pas la page en entier. Et encore moins de gauche à droite. On n’est pas dans un livre, il y a bien plus de distraction sur une page web. Donc l’œil scanne la page rapidement et fait un tri.

Demandez-vous : que voudriez-vous que le visiteur voie dans les 3 premières secondes sur cette page produit ? Gardons ça en tête pour la hiérarchie visuelle.

EX : ASPHALTE

Fiche produit Asphalte

Ici sur cette fiche article, voilà ce qu’on mon œil a fait en premier :

  • Photo
  • Titre « Le chino costaud » ==> bénéfice/valeur dans le titre
  • EN PRÉCOMMANDE 79€, donc le prix.
  • Photo (encore)
  • CTA PRÉCOMMANDÉ = avec ce CTA on comprend immédiatement qu’il y a un délai pour ce produit.
  • et enfin je vois « 31 jours » et « 657 » ==> ces chiffres m’interpellent, donc je lis les petites lignes en dessous.

Ensuite seulement viennent les détails « livraison et retours ». L’élément de réassurance bien présent mais qui ne vole pas la vedette au produit, je sais où le trouver j’y reviendrais plus tard si je décide de commander.

Et si j’en suis là, c’est que clairement je suis intéressée.

Alors je lis seulement maintenant : -Tissu italien robuste / Garde sa couleur / Coupe semi-slim. Des éléments techniques sur le pantalon, bien tournés façon bénéfices client.

Regardez bien les photos de présentation produit. On ne voit jamais le pantalon seul sur un fond blanc en mode détourage. Le produit est porté par un mec avec les accessoires qui lui donne du style et le mette en valeur. L’environnement est en harmonie avec la couleur du pantalon.

Les images racontent une histoire différente en fonction de la couleur choisie.

Ils sont très fort chez Asphalte.

On choisit un style de mec, une histoire. Pas juste un chino bleu.

Allé il n’y a plus qu’à cliquer sur sa taille et précommander. Surtout qu’on a bien saisi l’offre commerciale si on précommande, -20€ !

Ensuite la page est très longue, c’est une vraie page de vente, que je ne détaillerais pas dans cet article qui n’en fait pas l’objet. Mais ce qu’il faut retenir globalement de cette page c’est l’hyper personnalisation du contenu et sa densité. Bien sûr personne ne va tout lire, mais quoique vous décidiez de croquer dans cette page vous aurez capté l’essence de la marque et une partie au moins de ses valeurs. Vous savez reconnaitre l’identité d’Asphalte.

Passons maintenant au SEO.

3-Le référencement naturel (SEO) de votre fiche produit, essentiel !

L’optimisation de votre fiche produit est fondamentale pour être visible par les moteurs de recherche.

Parler de son produit c’est utiliser tout un champ lexical en lien avec un domaine, une cible, un problème, une solution. Ces mots clés disséminés tout au long de la fiche article sont une opportunité pour optimiser votre page, améliorer son référencement naturel, et donc augmenter votre taux de transformation in fine.

La rédaction est à soigner, le contenu doit être riche. Aidez le prospect à se projeter, conseillez-le sur la manière d’utiliser votre produit, avec quoi l’assembler (upsell 😉), comment l’entretenir… etc

Certains outils peuvent vous y aider : 1.fr / yourtextguru

Et bien utiliser les balises H1, h2, h3, pour vos titres et sous titres. Rien n’est à laisser au hasard.

EX : Thé Mariage Frères

Capture d'écran d'une fiche produit Mariage frère

Ici la fiche produit est personnalisée, « thé noir » est répété plusieurs fois, un champ lexical du parfum est développé. Titre, sous-titre, conseil, Label… tous les ingrédients sont là !

4-Enfin l’étape cruciale : La Réassurance

Il en faut et pas qu’un peu !

Rassurer le client pour qu’il paye pour votre produit. Il ne vous connait pas et n’a pas touché le produit.

Comment faire confiance ? Pourquoi prendre un risque ?

Il n’y a pas de risque ! C’est ce que vous devez mettre dans la tête de votre prospect.

Les éléments de réassurance à mettre en avant :

  • les délais de livraison garantis
  • votre transporteur
  • retour gratuit / politique de retour
  • paiement sécurisé
  • avis clients en nombre et vérifiés (Trustpilot)
  • livraison offerte
  • la FAQ
  • Les labels obtenus par votre produit
  • l’origine des produits


Ces éléments doivent être immédiatement identifiables par le visiteur. Il ne doit pas les chercher.

Evidemment, mais mieux vaut le préciser, vos mentions légales doivent être en pied de page et dument renseignées.

Le numéro de téléphone pour « un conseil ? » jamais bien loin, cela remet de l’humain et montre qu’il y a vraiment quelqu’un derrière cet écran, ce produit. Ou pourquoi pas un chatbot ?!

Conclusion : Enrichir le contenu d’une fiche article.

Voilà les grandes lignes incontournables d’une fiche produit réussie.

Chaque partie est développable à l’infini comme nous l’avons vu dans les exemples, ne vous contentez pas de la partie produit/prix.

 L’identité de la marque a toute sa place dans une fiche produit, c’est une force pour la vente également. Vous toucherez encore plus la sensibilité de votre prospect par des valeurs communes ou des aspirations communes. L’identification à votre produit, à votre marque, est une arme sans égale. Il s’agit d’un levier de conversion type Iceberg. Ceci dit, encore faut-il avoir travaillé son branding en profondeur.

Vous le voyez le sujet est vaste, des détails importants se cachent partout, et un contenu riche et de qualité est une priorité pour se différencier.

Et nous n’avons pas parlé de copywriting… Peut-être un prochain article 😉.

Partagez cet article

Facebook
LinkedIn
Twitter
Email

Pour poursuivre votre lecture